InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Débats/Propositions > Jeunes sans papiers : DEI France et la FCPE rappellent leurs (...)

Jeunes sans papiers : DEI France et la FCPE rappellent leurs positions

Publié le : mercredi 29 juin 2016

Voir en ligne : http://www.touteduc.fr/fr/recherche...

Source : www.touteduc.fr

« DEI (Défense des enfants international) rappelle qu’elle "exige le respect des droits fondamentaux des enfants dans la migration", lesquels "devraient leur être garantis en tous lieux", au moins dans les pays qui ont signé la Convention internationale des droits de l’enfant. Ils doivent notamment être enregistrés dès leur arrivée, "sans que (leurs) documents d’état civil ou d’identité puissent être contredits par le recours à des examens radiologiques ou dentaires dépourvus de fiabilité scientifique". Ils ont droit "à une protection particulière compte tenu de (leur) vulnérabilité", ils ont "droit à l’éducation, à la santé, aux loisirs, à vivre dignement". Doit également leur être garanti le "droit à préparer, le cas échéant, (leur) intégration et (leur) séjour dans le pays au-delà de l’âge de 18 ans".

La FCPE s’inquiète pour sa part des liens entre le ministère de l’Education nationale et le ministère de l’Intérieur après que le préfet du Gers semble être intervenu auprès des services académiques "afin que deux élèves à l’encontre de qui il a pris des Obligations de quitter le territoire français (OQTF) ne soient pas réinscrites dans les établissements où elles poursuivent leurs études". Toutes deux sont de jeunes majeures, l’une, âgée de 18 ans, s’est vu refuser son inscription en terminale au lycée Alain Fournier à Mirande, la seconde, âgée de 20 ans, "n’a pas reçu son bulletin scolaire du second semestre, et son établissement a reçu consigne de ne pas procéder à son inscription pour l’an prochain". La fédération de parents d’élèves ajoute : "L’école est le lieu de l’éducation, de la culture et de l’enseignement des valeurs. Elle ne doit pas devenir celui de l’exclusion, de la délation et des arrestations."
[...]
 »