InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Débats/Propositions > Intervention PCF 19ème au Conseil de Paris : Conventionnement avec la (...)

Intervention PCF 19ème au Conseil de Paris : Conventionnement avec la Croix-Rouge pour la gestion d’un lieu d’accueil pour mineurs isolés étrangers

Publié le : mercredi 1er octobre 2014

Voir en ligne : http://paris19.pcf.fr/59623

Source : paris19.pcf.fr

Intervention prononcée lors du Conseil de Paris des 29/30 septembre et 1er octobre :

Monsieur le Maire, chers collègues,

Cette délibération porte sur le conventionnement avec la Croix-Rouge pour la gestion d’un lieu d’accueil pour mineurs isolés étrangers.
Elle revêt une importance particulière dans le contexte actuel, comme cela a été dit précédemment par mon collègue.
Le Défenseur des droits, dans son rapport de la fin du mois d’août, a mis en évidence les travers du dispositif d’accueil des mineurs isolés étrangers - je n’en ferai pas la liste exhaustive de peur de dépasser mon temps de parole mais je souhaite m’arrêter sur deux de ces points qui concernent particulièrement le service d’accueil de jour de la Croix-Rouge.
Je note d’abord avec satisfaction l’adaptation de ce dispositif au nouveau profil de ces jeunes arrivés seuls en France, qui sont de plus en plus souvent âgés de plus de 17 ans.

Disons-le clairement : ces jeunes isolés n’ont pas vocation à repartir dans leur pays une fois arrivés à leur majorité, non. Après de longs voyages au péril de leur vie, ces jeunes vont rester en France, s’y installer et y faire leur vie. C’est en cela qu’il est positif de demander aux services d’accueil de jour de réorienter son action vers la mise en place d’accompagnements plus poussés pour l’insertion professionnelle de ces jeunes.
C’est aussi une raison pour accompagner tous ces jeunes mineurs isolés étrangers vers la régularisation. Je note que ce principe n’est jamais explicitement formulé, ce qui est regrettable.

L’adaptation du dispositif d’accueil du département au nombre de flux des mineurs isolés étrangers est d’ailleurs central. Le dispositif que nous soutenons aujourd’hui permet l’accueil de 25 jeunes par jour. Est-ce bien suffisant ? Nous sommes persuadés que non au regard du nombre de jeunes accueillis.
Je comprends que l’augmentation importante et quasi imprévisible du nombre de M.I.E. ces dernières années ait engorgé des dispositifs sous-dimensionnés.

L’application de la circulaire Taubira, qui n’a pas fait diminuer le nombre de jeunes accueillies mais a permis plus ou moins de le stabiliser, doit maintenant nous permettre d’augmenter sereinement les moyens nécessaires à la poursuite de ces missions.
Cette question des moyens se pose dès aujourd’hui et sera posée avec détermination dans les mois à venir, tant les besoins en interne et ceux des partenaires associatifs sont importants.

Le défenseur des droits préconise d’ailleurs l’augmentation des moyens du service d’accueil des M.I.E., le S.E.M.N.A., afin que le service puisse correctement remplir ses missions.
Cela m’amène à rebondir sur la question des liens étroits que doivent entretenir nos services sociaux avec les associations auxquelles nous faisons appel.
Là encore, le Défenseur des droits a souligné les faiblesses de l’accompagnement social et professionnel des M.I.E. à Paris en mettant notamment en avant le manque de collaboration entre le Département et les associations.

Nous voterons cette délibération, et espérons que ces points seront étudiés dans le cadre de la remise à plat du dispositif qui doit aboutir au printemps 2015.

Merci.