InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Débats/Propositions > Communiqué de presse HLR : Dégradation des conditions de vie des mineurs (...)

Communiqué de presse HLR : Dégradation des conditions de vie des mineurs étranger en danger

Publié le : jeudi 21 mars 2013

A l’occasion de la publication du rapport d’activité 2012, Hors La Rue souhaite alerter le grand public sur la dégradation des conditions de vie des mineurs étranger en danger.

Communiqué de presse du 21/03/2013

"A l’occasion de la publication du rapport d’activité 2012, Hors La Rue
souhaite alerter le grand public sur la dégradation des conditions de
vie des mineurs étranger en danger, extra-européens mais également
européens qui vivent dans la rue mais ou dans les bidonvilles.
Cette année encore, Hors La Rue demeure inquiète face à la dégradation des
conditions de vie des mineurs étrangers en danger en France.

L’activité de l’association en 2012 se maintient à un niveau élevé et a même connu
une intensité inédite. Nous avons suivis 206 jeunes, un niveau jamais atteint, avons
maintenu une présence forte sur le terrain grâce à nos tournées sur les lieux d’activité
et sur les bidonvilles, et avons vu la fréquentation de notre centre de jour doubler
par rapport aux années précédentes.

Ces tendances révèlent selon nous l’aggravation de la situation de ces enfants.
Les mineurs isolés extra-européens ont toujours des difficultés à faire valoir leurs
droits : les refus de prise en charge injustifiés sont encore trop nombreux et la
circulaire en préparation au ministère de la Justice relative à leur répartition sur
l’ensemble du territoire français soulève des questions quant au respect de leurs
droits, à ce jour sans réponses.

Vivant dans les bidonvilles et soumis à une précarité souvent synonyme de danger,
les jeunes roms vivent une double injustice : stigmatisés, ils voient les actions des
associations intervenant déjà difficilement auprès d’eux faute de solutions, menacées
d’interruption par les évacuations forcées des campements qui se sont accélérées
durant le 2ème semestre 2012.

Enfin, les mineurs étrangers exploités, catégorie qui mériteraient pourtant une
attention renforcée compte tenu des situations intolérables dans lesquelles ils
se trouvent, voient leur statut de victime tarder à être pleinement reconnue.

Les
dispositifs de protection ne sont en effet pas adaptés à ces problématiques complexes
et trop souvent méconnues.
Obligation juridique, mais également impératif moral, la protection des mineurs
étrangers doit faire l’objet en France d’une mobilisation d’ampleur de la part des
acteurs concernés, sous peine de renier nos valeurs les plus fondamentales"