InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Débats/Propositions > Mineurs Isolés Etrangers : le Département du Val-de-Marne entendu par la (...)

Mineurs Isolés Etrangers : le Département du Val-de-Marne entendu par la Ministre Laurence ROSSIGNOL

Publié le : lundi 22 février 2016

Voir en ligne : http://www.valdemarne.fr/espace-pre...

Source : http://www.valdemarne.fr

Auteur : Christian Favier, Sénateur, Président du Conseil départemental

Date : 19 février 2016

« Ce vendredi 19 février, la Ministre de la Famille, de l’Enfance et des Droits des Femmes, Laurence ROSSIGNOL, était en déplacement dans notre département.

A l’occasion de la visite de notre Cellule de Recueil des Informations Préoccupantes (CRIP) qui traite de l’ensemble des signalements d’enfants en danger, j’ai pu, avec Isabelle Santiago, vice-présidente en charge de la protection de l’enfance, interroger la Ministre sur le financement de l’accueil des Mineurs Isolés Etrangers par les Départements.

La Ministre a annoncé la mise en place d’une péréquation afin de mieux tenir compte des disparités qui existent actuellement et qui pèsent sur les finances de certains Départements. En Val-de-Marne, alors que nous aurions dû accueillir en 2015 13 mineurs isolés étrangers, nous en avons accueilli 187.

Grâce à cette péréquation, l’Etat devrait permettre à notre Département d’assurer financièrement cet accueil indispensable, digne d’une République solidaire et pleinement respectueuse des droits des enfants.

Je salue la prise de position de la Ministre qui considère, comme de nombreux élus progressistes, que l’accueil des mineurs isolés étrangers est un investissement utile pour notre pays et qu’il serait absurde de ne pas leur offrir la protection et le soutien qui leur sont dus.

Laurence ROSSIGNOL a souligné, à plusieurs reprises, l’engagement volontariste et l’exemplarité des politiques départementales val-de-marnaises en matière de protection de l’enfance, dont certaines expérimentations, conduites par les travailleurs socio-éducatifs de nos services, seront reprises dans la loi de protection de l’Enfance. »