InfoMIE.net
Centre de Ressources pour les Mineurs Isolés Etrangers

Accueil > Actualités MIE > Débats/Propositions > Appel de 222 artistes à Anne Hidalgo sur les réfugiés parisiens

Appel de 222 artistes à Anne Hidalgo sur les réfugiés parisiens

Publié le : jeudi 9 juillet 2015

Voir en ligne : http://blogs.mediapart.fr/edition/l...

Source : http://blogs.mediapart.fr

222 personnalités du monde de la culture s’indignent de l’accueil réservé en France aux réfugiés. « Nous sommes bouleversés par ces situations inhumaines qui font honte à la tradition humaniste dont se réclame notre gouvernement. ». Ils demandent à la maire de Paris de recevoir une délégation constituée de 10 réfugiés et de 10 membres du comité de soutien de la Chapelle « dans les plus brefs délais » pour mettre en place des solutions pérennes.

"Chère Madame,

Nous, personnalités du monde de la culture attachées à l’idéal d’accueil incarné par la France et la ville de Paris, nous adressons à vous afin que vous interveniez au plus vite pour résoudre la situation des 600 réfugié-e-s qui survivent dans les rues de Paris grâce à l’aide de quelques citoyens, bénévoles et riverains réunis en un comité de soutien.

Nous sommes profondément choquées par ce traitement indigne des valeurs de notre République, qui bafoue la Convention de Genève sur le droit d’asile et les articles 13 et 14 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948.

Nous demandons donc la création urgente d’un lieu d’accueil collectif des réfugié-e-s qu’ils et elles pourraient cogérer avec les bénévoles qui les soutiennent. Cette "Maison des Migrants" pourrait être le chaînon manquant entre l’arrivée en France et le placement en CADA (Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile) accompagnant le traitement de la demande d’asile. Elle permettrait aux arrivants ayant fui la guerre, les persécutions ou les catastrophes climatiques, d’être hébergés dans des conditions humaines le temps d’accomplir toutes leurs démarches administratives et sanitaires. Une fois accueillis dignement, ils pourraient après une halte salvatrice, choisir de rester en France ou de partir vers un autre pays de l’Union Européenne. Cette requête s’inscrit, du reste, dans la lignée de votre déclaration publique du 9 juin dernier. Il est urgent, avez-vous dit, de disposer d’un "lieu" ou "centre" d’accueil qui permettrait aux réfugié- e-s de "de se poser, de réfléchir, de faire ce travail avec les associations". Un mois plus tard, des centaines d’entre eux, exténués et psychologiquement affaiblis par des mois de fuite forcée pour trouver refuge en Europe, dorment encore sur les trottoirs de notre capitale.

Ceux qui campaient depuis des mois sous le métro aérien à La Chapelle ont été dispersés dans une extrême violence par les forces de l’ordre pour finalement « trouver refuge » à la Halle Pajol puis au jardin d’Eole dans le 18ème arrondissement ; ils ont été évacués de ce jardin le 19 juin dernier (triste ironie n’est-ce pas que d’être contraint au déplacement forcé ici aussi). Depuis, plus d’une centaine de demandeurs d’asile s’est rassemblée à nouveau à la Halle Pajol, une soixantaine au square Jessaint et d’autres encore, dans les rues adjacentes du quartier de La Chapelle. Aux laissés-pour-compte des offres d’hébergement temporaire proposées par l’OFPRA lors de l’évacuation du campement d’Eole, s’adjoignent chaque jour de nouveaux arrivants. La gestion ad hoc que mène l’Etat français de ce drame humanitaire montre bien ici toute sa limite. Sur le quai d’Austerlitz, sous la Cité de la Mode et du Design, 150 à 200 réfugiés vivent eux aussi dans un campement inique. Nous avons appris qu’un démantèlement y était programmé dès la semaine prochaine. Qu’adviendra-t-il de toutes ces personnes ? Enfin, une centaine d’autres candidats à l’asile s’est regroupée entre la Gare de Lyon et la Porte de la Villette.

La situation sanitaire et sécuritaire de tous ces réfugiés se dégrade de jour en jour, quand ce ne sont pas des groupuscules d’extrême droite qui viennent les terroriser (comme ce fut le cas au campement d’Austerlitz à trois reprises). Une femme enceinte ayant quitté un centre de rétention pour accoucher à Lariboisière, a du retourner à la rue avec son nourrisson de deux jours. Un jeune homme éthiopien a été éventré au tesson de bouteille : sauvé par une opération, il est actuellement dans un hospice catholique, faute de prise en charge par le Samu social ; un soudanais d’une quarantaine d’années atteint d’Alzheimer et d’une grave crise de paludisme a rencontré les plus grandes difficultés pour se faire admettre à l’hôpital Saint-Louis ; une femme âgée, soudanaise elle aussi, n’a pu être sortie de la rue avec ses deux filles et ses deux petits-fils que grâce à la mobilisation des soutiens ; enfin, un jeune homme a été admis à Bichat avec une tuberculose. A ces tragiques incidents, s’ajoutent d’autres cas de tuberculose, de gale, et de variole, maladies liées aux conditions de vie dans la rue. Médecins du Monde vient à la Halle Pajol environ un jour sur trois et oriente les malades vers des lieux de soins, relayés par des soutiens qui accompagnent les malades dans leur parcours.

Ces derniers jours, trois femmes dans un état de grossesse avancée ont rejoint ce campement. Des enfants venus en famille, âgés de 2 à 12 ans, sont aussi présents. Prioritaires pour un hébergement, tous ne sont pourtant pas pris en charge. La situation des mineurs est, en effet, dramatique. Enfants et adolescents isolés, ils sont 80 à être passés par La Chapelle. Une trentaine d’entre eux n’a toujours aucune prise en charge de la Permanence d’accueil et d’orientation des mineurs isolés étrangers (PAOMI) ou de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE). Ils sont hébergés par des Parisiens, ce qui ne saurait constituer une solution souhaitable ou pérenne. Enfin, au Square Jessaint, 70 personnes, principalement originaires d’Érythrée et d’Éthiopie, survivent dans des conditions terrifiantes d’insalubrité (rats, détritus..) et d’insécurité (tentatives multiples de proxénétisme de jeunes femmes, présence de réseaux mafieux).

Nous sommes bouleversés par ces situations inhumaines qui font honte à la tradition humaniste dont se réclame notre gouvernement.

Au plan juridique et administratif, 170 rendez-vous à France Terre d’Asile ont été pris depuis la mi-juin pour effectuer les demandes de domiciliation ; domiciliation qui constitue un préalable à toute instruction d’un dossier de demande d’asile. Hélas, les délais sont très longs, et ils ne constituent que la première étape du parcours du combattant du demandeur d’asile. Certains réfugiés sont plus avancés dans leurs démarches à la préfecture, mais d’autres arrivent encore chaque jour, d’Italie notamment.

Nous venons d’apprendre que des associations viendraient bientôt apporter leur assistance sur les campements. Mais la première question à se poser est : la place de ces personnes est-elle dans la rue ? Allons nous, à l’instar des pays défavorisés, accepter des camps de réfugiés en plein Paris ? Les XVIIIème, XIIème, XIIIème et XIXème arrondissements ont-ils vocation à devenir des mini-Darfour ?

Très sincèrement, nous redoutons un drame et nous sommes désemparés face à l’indifférence des pouvoirs publics pour ces personnes très fragiles. Ces hommes, ces femmes et ces enfants, épuisés par un voyage périlleux, ne relèvent pas de la politique d’immigration française mais de la Convention de Genève sur le droit d’asile.

Il nous faut agir vite et de concert.

Aussi, nous vous demandons qu’une délégation constituée de 10 réfugiés et de 10 membres du comité de soutien soit reçue à la Mairie de Paris dans les plus brefs délais.

Nous, artistes et personnalités du monde de la culture, vous lançons cet appel solennel pour le respect de la dignité des réfugiés.

Contacts à l’intention des journalistes :
Houssam el Assimi : hoossmoss@gmail.com 06 27 16 78 02 et Valérie Osouf : v.osouf@gmail.com 07 50 60 16 48

Groupe Facebook du Comité de soutien des migrants de la Chapelle.

Les signataires :

Emil Abossolo MBo (Écrivain et Comédien) ; Mireille Abramovici (Cinéaste) ; Newton I. Aduaka (Cinéaste) ; Hélène Agofroy (Artiste) ; Céline Ahond (Artiste) ; Fleur Albert (Cinéaste) ; Penny Allen (Cinéaste) ; Patricia Allio (Auteure, metteure en scène) ; Santiago Amigorena (Ecrivain et Cinéaste) ; Michel Andrieu (Cinéaste) ;

Simon Backès (Cinéaste) ; Fayçal Baghriche (Artiste) ; Ami Barak (Critique d’art) ; Antoine Barraud (Cinéaste) ; Éléa Baux (Artiste) ; Pascal Beausse (Critique d’art) ; Stéphane Bérard (Artiste) ; Emmanuelle Bercot (Comédienne, Cinéaste) ; Julie Bertuccelli (Cinéaste) ; Pascal Beausse (Commissaire d’expositions) ; Sylvain Blocher (Artiste) ; Juliette Binoche (Comédienne) ; Simone Bitton (Cinéaste) ; Caroline Blache (Photographe) ; Jean-Marie Blanchet (Artiste) ; Sylvie Blocher (Artiste) ; Jean-Denis Bonan (Cinéaste) ; Julie Bonan (Cinéaste) ; Isabelle Boni - Claverie (Réalisatrice et Scénariste) ; Nicolas Boone (Artiste) ; Oscarine Bosquet (Poète) ; Charles-Antoine Bosson (Cinéaste) ; Rada Boukova (Artiste) ; Nicole Brenez (Écrivain) ; Peter Briggs (Artiste) ; Valeria Bruni-Tedeschi (Cinéaste)

Francois Caillat (Cinéaste) ; Laurent Cantet (Cinéaste - Palme d’or) ; Raymonde Carrasco (Cinéaste) ; Boris Charmatz (Danseur et Chorégraphe) ; Serge Chauvin (Critique) ; Marc Cholodenko (Scénariste) ; Christophe Cognet ; Michèle Collery (Cinéaste) ; Pascal Convert (Artiste) ; Manon Coubia (Cinéaste) ; Cati Couteau (Producteur) ; Valérie Da Costa (Historienne de l’Art) ; Sylvaine Dampierre (Cinéaste) ; Marie Darrieussecq (Écrivain) ; François Deck (Artiste) ; Fabianni Deschamps (Cinéaste) ; Virginie Despentes (Écrivain) ; Arnaud Desplechin (Cinéaste) ; Georges Didi-Huberman (Écrivain, philosophe) ; Yann Diener (Écrivain) ; Mati Diop (Cinéaste) ; Javad Djavahery (Cinéaste) ; Noel Dolla (Artiste) ; Natalia Dontcheva (Comédienne) ; Ariane Doublet (Cinéaste) ; Karim Dridi (Cinéaste) ; Jean-Michel Durafour (Auteur) ; Guldem Durmaz (Cinéaste)

Sophie Erbs (Productrice de films) ; Annie Ernaux (Écrivain) ;

Sepideh Farsi (Cinéaste) ; Philippe Faucon (Cinéaste) ; Mohammed Fellag (Comédien) ; Susanna Fritscher (Artiste) ;

Dyana Gaye (Cinéaste) ; Mark Geffriaud (Artiste) ; Sylvain Georges (Cinéaste) ; Stéphane Gérard (Cinéaste) ; Khaled Ghorbal (Cinéaste) ; Elise Girard (Cinéaste) ; Charline Grand (Comédienne) ; Pierre Gras (Critique) ; Robert Guédiguian (Cinéaste) ;

Olivier Hadouchi (Critique) ; Yannick Haenel (Écrivain - Prix Goncourt des lycéens) ; Clarisse Hahn (Artiste, Cinéaste) ; Hou Hanru (Commissaire d’expositions) ; Michel Hazanavicius (Cinéaste) ; Régis Hébraud (Cinéaste) ; Antoine Housson (Cinéaste) ; Joël Hubaut (Artiste) ;

I AM (Musiciens) ; Aliocha Imhoff (Commissaire d’expositions) ;

Bidhan Jacobs (Critique) ; Danielle Jaeggi (Cinéaste) ; Tiken Jah Fakoly (Chanteur) ; Evelyne Jouanno (Commissaire d’expositions) ;

Katia Kameli (Artiste) ; Leslie Kaplan (Écrivain) ; Naruna Kaplan de Macedo ; Reda Kateb (Comédien) ; Aïda Kazarian (Artiste) ; Liya Kebede (Actrice) ; Jacques Kebadian (Cinéaste) ; Mama Keïta (Cinéaste) ; Cédric Klapisch (Cinéaste) ; Fred Kleinberg (Peintre) ; Héléna Klotz (Cinéaste) ; Julia Kowalski (Cinéaste) ;

Lola Lafon (Écrivain) ; Jacinto Lageira (Critique d’art) ; Christine Lapostolle (Professeur aux Beaux-Arts et Écrivain) ; Florence Lazar (Artiste) ; Elisabeth Lebovici (Critique d’art) ; Pascal Légitimus (Comédien) ; Pierre Leguillon (Artiste) ; Francine Lemaître (Monteuse) ; Serge Le Péron (Cinéaste) ; Maud Le Pladec (Chorégraphe) ; Arrigo Lessana (Écrivain) ; Christine Letailleur (Metteure en Scène) ; Marceline Loridan - Ivens (Écrivain et Cinéaste) ; Maï Lucas (Artiste) ;

Luigi Magri (Cinéaste) ; Alain Mabanckou (Écrivain) ; Pierre Mabille (Artiste) ; Haroun Mahamat-Saleh (Cinéaste) ; Éric Mangion (Directeur de la Villa Arson) ; Isabelle Marinone (Chercheur) ; Tony Marshall (Cinéaste) ; Al Martin (Peintre) ; Valérie Massadian (Cinéaste) ; Laurent Mauvignier (Écrivain) ; Catherine Melin (Artiste) ; Elli Medeiros (Chanteuse) ; Arnaud Meunier (Metteur en scène) ; Hélène Milano (Cinéaste, Comédienne) ; Valérie Minetto (Cinéaste) ; Ariane Mnouchkine (Metteure en Scène) ; Jean-Baptiste Mondino (Photographe) ; Mathilde Monnier (Chorégraphe - Directrice du Centre National de la Danse) ; Laurent Mueller (Galeriste) ;

Olivier Nakache (Cinéaste) ; Selim Nassib (Écrivain) ; Marylène Negro (Artiste) ; Stanislas Nordey (Metteur en Scène) ; Olivier Nottellet (Peintre) ; Jean-Christophe Nourrisson (Artiste) ; Catherine Noury (Artiste) ;

Valérie Osouf (Cinéaste) ;

Rithy Pahn (Cinéaste) ; Raoul Peck (Cinéaste) ; Elisabeth Perceval (Cinéaste) ; Monique Perez (Cinéaste) ; Valérie Peri (Commissaire d’exposition) ; Frédérique Petit - Charry (Artiste) ; Jean-Claude Petit (Compositeur) ; Nicolas Philibert (Cinéaste) ; Dayru Pierrot (Éditeur) ; Flavie Pinatel (Artiste) ; Bruno Podalydes (Cinéaste) ; Brigitte Pollet (Cinéaste) ; Joël Pommerat (Metteur en scène) ; Oana Pop (Artiste) ; Pierre Pradinas (Metteur en scène) ; Naomi Press (Artiste) ; Oxmo Puccino (Chanteur) ;

Katell Quillévéré (Cinéaste) ; Nathalie Quintane (Écrivain) ;

Évelyne Ragot (Cinéaste) ; Stéphane Ragot (Cinéaste) ; Jacques Rancière (Philosophe) ; Gisèle Rapp - Meichler (Cinéaste) ; Sandrine Ray (Cinéaste) ; Michele Ray Gavras (Productrice) ; Jane Roger (Distributrice de films) ; Bruno Roland (Cinéaste) ; Bruno Rousselot (Peintre) ; Anna Roussillon (Cinéaste) ; Gwen Rouvillois (Artiste) ; Bernhard Rüdiger (Artiste) ; Christophe Ruggia (Cinéaste) ;

Jocelyn Saab (Cinéaste) ; Céline Sallette (Comédienne) ; Pierre Salvadori (Cinéaste) ; Lydie Salvayre (Écrivain - Prix Goncourt) ; Martine Schildge (Artiste) ; Gregory Sholette (Artiste) ; Charlotte Silvera (Auteure) ; Claire Simon (Cinéaste) ; Abderrahmane Sissako (Cinéaste) ; Eric Stephany (Artiste) ; Brigitte Sy (Cinéaste) ; Leïla Sy (Réalisatrice) ; Omar Sy (Comédien) ;

Joao Tabarra (Cinéaste) ; Philippe Tancelin (Poète) ; Bertrand Tavernier (Cinéaste) ; Natacha Thiéry (Professeur de cinéma) ; Antoine Thirion (Cinéaste) ; Mona Thomas (Écrivain, critique d’art) ; Éric Toledano (Cinéaste) ; Eliane de la Tour (Cinéaste) ; Tristan Trémeau (Critique d’Art) ; Jean-Louis Trintignant (Comédien) ; Morgane Tschiember (Artiste) ; Charlotte de Turckheim (Comédienne) ;

France Valliccioni (Artiste) ; Cécile Vargaftig (Cinéaste) ; Thierry Verbeke (Artiste) ; Frédéric Videau (Cinéaste) ; Vanina Vignal (Comédienne) ; Marina Vlady (Comédienne) ;

Éléonore Weber (Auteure, Metteure en scène) ;

Yolande Zauberman (Cinéaste) ; Roschdy Zem (Comédien et Cinéaste).